Français

News

  • 15.03.2015

    Lisez l'edito du numéro de mars !

    Ce numéro est placé sous le signe de l’ouverture. Ouverture aux ingénieurs des dernières techniques ferroviaires ; ouverture aux décideurs politiques des innovations les plus diverses dans le domaine des matériels roulants ; ouverture au public de l’attention portée par l’administration d’État à la qualité des services de transport. Tous ces thèmes touchent en réalité directement l’ensemble des professionnels de l’industrie ferroviaire, constructeurs comme exploitants.

    Dès qu’ils conçoivent un nouveau matériel, les ingénieurs intègrent la sécurité et la fiabilité dans les choix des matériaux et des équipements. La recherche des meilleures solutions fait appel aux progrès incessants de la modélisation et du contrôle permis par le numérique. Les avantages sont bien connus : rapidité, économie, répétition et comparaisons entre scénarios. Mais la conception des programmes d’essai et de vérification nécessite un savoir-faire rigoureux, qui vous est présenté dans plusieurs articles sur des cas bien précis.

    Plusieurs matériels roulants sont mis en avant dans ce numéro. Ils paraissent très différents ; en effet, ce sont une locomotive diesel, une rame régionale, un train à très grande vitesse. Pourtant, les techniciens qui les ont mis au point ont eu à relever des enjeux communs, à savoir la meilleure performance pour les entreprises qui les exploiteront. Concernant la locomotive, le progrès attendu réside dans la motorisation, alliant fiabilité en divisant par quatre le risque d’immobilisation pour cause de panne, et en ajustant la consommation au strict besoin. Pour l’automotrice régionale, le souci à résoudre est l’optimisation de l’espace à bord pour satisfaire tous les besoins des voyageurs, véritable quadrature du cercle, en permettant d’offrir une place assise même en période de pointe, tout en accueillant les bicyclettes et sans oublier l’accessibilité aux fauteuils roulants. Quant à la nouvelle rame à très grande vitesse, elle doit répondre aux défis redoutables pour le train que sont l’avion low cost et la voiture partagée y compris dans son coût d’utilisation ; vitesse, prestations à bord et économie d’exploitation sont ses armes pour affronter la concurrence.

    Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder la question de la qualité, notamment dans le numéro de novembre dernier. Vous trouverez ici une présentation très détaillée des missions de la nouvelle Autorité de la qualité de service dans les transports. Il s’agit bien d’une approche sur l’ensemble des transports, comme le souhaitent les voyageurs indépendamment d’une technique et c’est pour cela que la photo de couverture, examinée attentivement, met en valeur l’intermodalité et l’information. Pour les professionnels du ferroviaire, il est particulièrement précieux de savoir non seulement sur quels critères la puissance publique porte son jugement, mais aussi comment le train est perçu face à l’avion et aux transports collectifs. C’est un regard enrichissant pour qui en sait tirer les enseignements pertinents pour progresser et le train a su être précurseur avec des gestes commerciaux. L’équité entre modes de transport et le juste équilibre entre dédommagement et pénalité se discutent aussi au-delà de la France, dans les travaux de la Commission européenne actuellement en cours sur les droits des passagers.

    Revue technique assurément, la RGCF ouvre les portes du chemin de fer actuel et à venir à tous ceux qui veulent en comprendre le fonctionnement et les enjeux.

    Bonne lecture !

    Pascal Lupo

  •  
  •  
  • La RGCF vous conseille VOIX CHEMINOTES : une histoire orale des années 1930 à 1950 02.03.2015

    La RGCF vous conseille VOIX CHEMINOTES : une histoire orale des années 1930 à 1950


    À la fin de l'année 2011, la SNCF a lancé un appel à témoignages auprès des cheminots et de leurs familles ayant vécu et travaillé pendant la Deuxième Guerre mondiale, et a confié à Rails et histoire, dans le cadre d'une convention, le projet de collecte, de traitement scientifique et technique, et de mise en ligne des entretiens oraux réalisés.

    Intitulée « Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950 » , cette exposition sonore sera présentée du 8 avril au 20 juin 2015 dans la salle d'exposition des Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine (entrée libre).

    Du 8 avril au 20 juin 2014
    Archives nationales, site de PIERREFITTE
    59, rue Guynemer - 93383 Pierrefitte-sur-Seine
    ENTRÉE LIBRE

  •  
  •  
  • 10.02.2015

    Lisez l'edito du numéro de février !


    Depuis leur mise en service, les trains à très grande vitesse ont transporté deux milliards de passagers en France et sept milliards au Japon. C’'est un succès remarquable pour la mobilité des citoyens, que la grande vitesse a réussi à faire revenir au train. Pourtant, on entend douter de la pertinence du système associant ligne nouvelle, matériel roulant spécifique et exploitation rationalisée, malgré les bénéfices de toute nature qu’'un tel investissement procure.

    En effet, d’'aucuns jugent qu’'on aurait pu, ou dû, tirer davantage parti des lignes construites au 19e siècle pour créer le chemin de fer du 21e à moindre coût. C’'est ainsi par exemple que le train pendulaire serait la solution, que les cheminots français auraient ignorée, qu’'ils travaillent dans l'’industrie ou chez l’'exploitant ferroviaire. Dans ce numéro de la RGCF, vous trouverez quelques mises au point sur ce sujet du pendulaire devenu davantage politique que technique. Un numéro spécial paru en 2001 avait donné l’'état de l’'art très détaillé sur la pendulation.

    Dans le numéro que vous avez dans les mains, trois articles vous aideront à y voir plus clair. D’'abord le décryptage explique que le train pendulaire ne se suffit pas à lui-même pour apporter un progrès : sans une voie solide, aucun train ne peut raisonnablement rouler vite. Ensuite, le dossier sur le nouveau Pendolino montre bien que les trains pendulaires ont une place sur le marché, qu'’ils sont au point et qu'’ils sont la fierté de ceux qui en disposent. ils véhiculent aussi une image de marque valorisante sur le plan politique, tout comme la grande vitesse dans le monde même si, à regarder de près, le progrès est plus modeste en réalité. Tous les Pendolino ne sont pas pendulaires, mais permettent d'’annoncer qu’'un opérateur entre dans l’'ère de la grande vitesse même si ce n’'est que 200 km/h. Enfin, un clin d’oeil sur le passé rappelle que la SNCF s’'est penchée activement dès les années 1950 sur la question de la pendulation en construisant une des voitures prototypes parmi les premières dans le monde pour explorer les avantages de cette technique jusqu’'à ses limites. Grâce aux travaux de recherche qu’'elle entreprit alors, la SNCF fut pionnière en roulant régulièrement à 200 km/h sur lignes classiques dès 1967, la première dans le monde.

    Vous trouverez aussi une information sur la politique européenne des transports, dont un rapporteur est notre rédacteur en chef adjoint. Le train est au coeur de la mobilité et les projets destinés à en tirer le meilleur service seront les axes majeurs de la nouvelle mandature européenne. L'’organisation des chemins de fer et le développement de grands corridors ferroviaires associés à une intermodalité pertinente permettront de relever les défis économiques, énergétiques et environnementaux de la mobilité : la Commission européenne mise sur le train pour y parvenir et c’'est un signe politique fort qui ne doit pas échapper aux acteurs du secteur.

    La vie quotidienne du chemin de fer trouve aussi sa place dans ce numéro, que ce soit avec les systèmes d’alarme voyageurs ou les fonctionnalités du tram-train. Les thèmes de ce numéro s'’adressent donc bien à tous, stratèges politiques, exploitants opérationnels, voyageurs que l’'on désigne clients ou usagers selon la casquette que porte chaque lecteur de la revue.

    Bonne lecture !

    PASCAL LUPO

  •  
  •