English

Actualités

  • 20.01.2014

    Découvrez le sommaire du numéro de janvier !

    Les dossiers
    - La rénovation du pont de Carontes
    - Les expérience d'utilisation du tramway pour la distribution des marchandises en Europe
    - OUIGO : un concept pionnier de SNCF
    - Refection de la plate-forme ferroviaire du tunnel du Livernan

    Les infos en France et dans le monde
    - La 20e édition du festival international Cinérail à Paris du 5 au 8 novembre 2013
    - Mise en service d'une installation de traitement thermique des rails de grande longueur à Hayange
    - Le point sur les passages à niveau
    - Un exemple de fertilisation croisée de cultures industrielles
    - Le fret ferroviaire français : concurrence et évolution du trafic
    - Ouverture de trois corridors européens de fret
    - Caractérisation environnementale du ballast en fin de vie : le ballast est-il vraiment pollué ?
    - Le développement des autoroutes ferroviaires en France

  •  
  •  
  • 20.01.2014

    L'édito du numéro de janvier !


    La RGCF est lue principalement par des ingénieurs ; cela n’est pas une surprise. Mais ce que vous nous avez dit, en répondant au questionnaire de l’automne dernier, est très enrichissant pour comprendre comment les ingénieurs d’aujourd’hui s’intéressent à leur secteur professionnel et organisent leur pensée pour bien en maîtriser les enjeux et l’environnement. Les trois piliers techniques du chemin de fer, infrastructures, matériel roulant et exploitation, sont la base de la connaissance du secteur : ce sont les dossiers attendus et lus en priorité. Mais la curiosité légitime de celui qui s’implique dans son métier ne s’arrête pas à cela. L’ingénieur veut ensuite apprendre, et comprendre, dans quel univers fonctionne la technique ferroviaire. Les sujets portant sur ce qui se passe ailleurs, à l’étranger, dans l’urbain, la mobilité et l’intermodalité autour du train, ainsi que les questions sociales, de compétences métiers, d’économie et de politique publique sont également beaucoup attendus par le technicien d’aujourd’hui. Cette envie d’en savoir davantage est louable ; elle est aussi un défi important pour l’équipe de rédaction, toujours à la recherche des meilleurs spécialistes invités à exposer leurs connaissances au service de l’excellence ferroviaire.

    La RGCF occupe une place particulière, sans équivalent dans la presse ferroviaire. Vous l’avez exprimé dans l’enquête lorsque vous classez les rubriques « passé-présent » et « lectures de la RGCF » comme un complément, là où d’autres publications sont beaucoup plus orientées sur l’histoire du chemin de fer. D’ailleurs, les numéros thématiques que vous attendez se tournent nettement vers le futur : grande vitesse, concurrence, chantiers d’infrastructure, rénovations, réformes, interopérabilité, autant de mots qui annoncent l’avenir du chemin de fer.

    Plusieurs dossiers dans le numéro que vous avez en main doivent correspondre à votre attente, celle de voir au-delà de la technique ce qu’apportent les services ferroviaires dans la vie des citoyens. La présentation du TGV Ouigo ne se limite pas ici à décrire l’offre de service : n’en parler qu’au moment de son lancement empêche forcément d’apprécier la pertinence du concept. Avec plusieurs mois de recul, des résultats d’exploitation et commerciaux peuvent vous être présentés, pratiquement en exclusivité, dans l’esprit d’ouverture révélé dans l’enquête lectorat.

    Le dossier sur le tramway fret, écrit par un professionnel de la logistique, bon connaisseur du sujet en tant que praticien, est particulièrement instructif. Il permet de savoir ce qu’est réellement un tramway fret, là où bon nombre de politiques s’interrogent sans s’y retrouver tant les propos parfois les plus farfelus circulent. La RGCF n’est pas le porte-parole de groupes de pression ; elle apporte des éléments de réflexion sur la base d’informations étayées. Nous vous remercions donc vivement, chers lecteurs qui avez répondu à l’enquête, pour toutes vos idées et propositions. Votre exigence de qualité est un fort encouragement, pour l’équipe de rédaction et pour tous les contributeurs, à toujours chercher à progresser, à votre service comme à celui de la cause ferroviaire.

    Que la nouvelle année 2014 vous apporte succès et satisfaction dans toutes vos activités !

    Bonne année !
    Pascal Lupo

  •  
  •  
  • 16.12.2013

    L'édito du numéro de décembre


    À la lecture du sommaire du numéro que vous avez entre les mains, la RGCF ne faillit pas à sa réputation de revue technique donnant la parole, ou plus exactement la plume, à des connaisseurs professionnels : plan de transport, frein à courant de Foucault, électrification… Pourtant, la recherche et le choix de ces dossiers ont répondu à des attentes souvent exprimées par des lecteurs qui ne demandent pas à être des praticiens de l'infrastructure. Ils veulent simplement et sérieusement comprendre la réalité du chemin de fer pour étayer leurs propos, voire leurs argumentations, sur les décisions qu'ils auront à prendre dans leur domaine de compétence. L'efficacité du transport ferroviaire est le souci permanent, légitime, de ceux qu’on appelle de nos jours les décideurs politiques : régularité des circulations, avec les plans de transport, fiabilité et sécurité, avec (ou sans) le frein de Foucault, économie et performance énergétique, avec les électrifications. Une bonne connaissance des faits constitue une précieuse aide à la décision.

    Prenons l'exemple du dossier sur la problématique de l'électrification des lignes. Un récent rapport sur l'état des infrastructures ferroviaires, dressé par l'École polytechnique de Lausanne, a souligné le vieillissement des installations de traction électrique en France. L'hypothèse de réélectrifier des lignes est soulevée. Cela s'est rarement vu faire, et quasi exclusivement pour supprimer l'alimentation par un troisième rail. Remplacer une caténaire par une autre semble être une idée audacieuse, parce qu'elle est nouvelle. Le constat n'appelle pas de remarques. À l'inverse, les recommandations possibles sont sujettes à discussion : intérêt économique pour l'exploitant et pour ses clients, faisabilité opérationnelle, nécessité industrielle. Couramment, on entend dire que les rapports ne servent à rien, répètent ce qu'n a déjà dit, restent lettre morte, et on en raille les propositions, forcément utopiques, irréalistes, coûteuses. La RGCF n'entre pas dans ce jeu où personne n'écoute le point de vue d'autrui. Le dossier, écrit par un spécialiste reconnu, aborde clairement l'ensemble des questions que poserait une réélectrification du réseau, ou d'une partie. Nous avons pensé que cette connaissance quasi encyclopédique doit permettre à vous tous, chers lecteurs, de mieux connaître les tenants et les aboutissants d'une question d'abord technique, mais qui préoccupe les exploitants utilisateurs du réseau et les investisseurs appelés à le financer.

    Pour autant, les exposés publiés dans la RGCF n'ont aucunement la prétention de clore un débat ; au contraire, la Revue cherche constamment à aller de l'avant, c'est-à-dire à entendre des points de vue complémentaires, en constante progression. L'innovation est un combat permanent pour l'avenir du chemin de fer, un combat d'idées, pacifique, sans préjugés, au service de tous.


    Bonne lecture !

    Pascal Lupo

  •  
  •