Couverture revue n°288

Numéro 288

Décembre 2018

Prix Version Papier* : 19.00 €
Prix Version Digital* : 16.00 €
Prix Bimédia* : 29.00 €

Éditorial

Le dernier numéro de l’année 2018 que vous tenez en main est celui d’une année charnière à plus d’un titre.

C’est une année charnière pour les lignes nouvelles. Au moment où s’ouvre aux trains de voyageurs le contournement de Nîmes et Montpellier, dernière des lignes nouvelles françaises construites avant longtemps, démarre un vaste et ambitieux plan de modernisation de la plus ancienne et la plus fréquentée d’entre elles, Paris-Lyon. Les dossiers consacrés à ces deux lignes vous révèlent les enjeux et les ambitions de ces grands projets. Alors que la LGV Sud-Est doit accepter toujours plus de TGV et exclusivement ceux-ci, la ligne de contournement de Nîmes et Montpellier a été construite pour accueillir tous les trafics Fret, intercités et TGV. Serait-ce le destin des futures infrastructures ? Rétrospectivement, ce type d’interrogation a été soulevé dans la RGCF par des dossiers sur les projets d’avenir qu’il est toujours étonnant de retrouver lorsqu’on connaît la suite de l’histoire.

2018 est aussi l’année charnière pour le déploiement d’ERTMS sur le réseau existant. En région, comme en Île-de-France, les choix d’investissements sont désormais orientés vers la modernisation de l’exploitation et le rajeunissement du réseau. Alors qu’une ligne nouvelle se construit (hormis les raccordements) à côté du réseau existant, l’enjeu n’est pas mince de maintenir en exploitation une ligne qu’on transforme en profondeur. L’ambition est forte, car il s’agit ici de la LGV Sud-Est, qui relie les deux premiers centres économiques français et qui se prolonge en direction de quatre pays européens, des Alpes et de la Méditerranée. Mais cette ambition est raisonnablement réfléchie. Le déploiement d’ERTMS sur la LGV Sud-Est est aussi le symbole de la bascule progressive des systèmes de signalisation français vers des systèmes européens normalisés, synonymes d’ouverture du réseau et d’interopérabilité. Tous ces investissements sont destinés avant tout aux clients des entreprises ferroviaires.

La typologie des clients eux-mêmes se diversifie, chez tous les opérateurs, au gré des nouvelles offres de dessertes et de services. En Île-de-France, par exemple, les voyageurs ne sont plus seulement les navetteurs quotidiens ; les voyages occasionnels, qu’ils soient utilitaires ou de loisirs tendent à devenir majoritaires. Il est donc important de cerner de plus en plus précisément leurs besoins. Le dossier sur le marketing territorial en Île-de-France apporte un éclairage bienvenu.

Enfin, et c’est un combat de tous les jours, justement sans fin, la sécurité reste un sujet permanent. Cette fois-ci, nous abordons l’organisation de la sécurité en Grande-Bretagne, où elle fut si contestée ; elle est riche d’enseignement, comme nous l’explique un des plus grands experts et praticiens.

 

Nous vous souhaitons une très bonne fin d’année.

 

Bonne lecture !

 

Pascal Lupo

Rédacteur en chef