Couverture revue n°244

Numéro 244

Décembre 2014

Prix Version Papier* : 19.00 €
Prix Version Digital* : 16.00 €
Prix Bimédia* : 29.00 €

Éditorial

Regarder les trains qui passent dans la campagne ou les voyageurs déambuler dans les gares, c’est le spectacle qu’offre l’univers ferroviaire. C’est souvent, parfois uniquement, cette image du chemin de fer qu’a le public, que celui-ci soit les clients, les passants, les journalistes, les politiques, les artistes, voire les sympathisants qui s’intéressent de près aux trains.

Mais l’industrie ferroviaire est bien davantage qu’une vitrine animée : le système existe et fonctionne grâce à un travail rigoureux mené dans l’ombre, l’arrière-boutique ou, pour reprendre un anglicisme plus moderne, en back office. C’est ce soutien logistique intégré qui vous est présenté ici ; le sujet est si vaste qu’il sera abordé sur deux numéros, ce mois-ci et le mois prochain. Les points traités portent sur la technique, mais ils sont à considérer aussi, et même peut-être surtout, comme un éclairage et une réflexion sur l’évolution des contraintes qui pèsent sur les acteurs de l’industrie ferroviaire, concepteurs, constructeurs, mainteneurs. Le souci de progresser est le fondement de l’organisation logistique et les mots « soutien » et « intégré » nous invitent à comprendre comment les techniciens contribuent aux enjeux d’une gestion rigoureuse du ferroviaire. Ainsi, à la lecture des différents articles de ce dossier, on réalise que le SLI est la réponse opérationnelle aux défis économiques et politiques du transport ferroviaire : fiabilité du fonctionnement de l’outil, coordination entre fabricants et exploitants, réduction des coûts liée à une qualité accrue de la maintenance, productivité améliorée par la baisse des temps d’immobilisation, unification et standardisation dans le sens de l’interopérabilité du système ferroviaire. Tous ces thèmes autour de la gestion économique et politique du chemin de fer sont étayés par le soutien logistique intégré, en étroite liaison avec les réalisations techniques présentées ici.

Ce dossier a été proposé directement au comité de rédaction de la RGCF par des cheminots travaillant à la maintenance du matériel roulant. Ils aiment leur métier et veulent le faire savoir. Une démarche comparable s’applique autant dans les métiers de la voie, des installations fixes ou des activités commerciales. La coopération des personnels à l’intérieur d’une entreprise ferroviaire est un gage d’efficacité. Chacun apporte sa contribution au bon fonctionnement du service rendu aux clients : s’il est besoin d’en donner un exemple supplémentaire, il suffit de lire l’article de la direction juridique, s’attachant à protéger les emprises ferroviaires contre les intrusions entraînant retards, pertes et coûts nuisibles à une bonne prestation de transport. Dès lors qu’une technique ou une compétence sont exposées sur des bases professionnelles, équilibrées et sérieuses, la RGCF les porte volontiers à la connaissance de ses lecteurs.
 

Bonne lecture !
 

Pascal Lupo

Rédacteur en chef