Couverture revue n°253

Numéro 253

Octobre 2015

Prix Version Papier* : 19.00 €
Prix Version Digital* : 16.00 €
Prix Bimédia* : 29.00 €

Éditorial

La variété des sujets qui vous sont proposés dans ce numéro montre, s’il en était encore besoin, que le train touche de multiples métiers : conception et entretien du matériel roulant, travaux publics, exploitation et formation du personnel. Tout le monde est impliqué : industriels, cheminots, politiques et, finalement, le public invité à voyager dans des trains fiables sur des lignes répondant à ses besoins de déplacement.

Tous ces sujets doivent être abordés avec professionnalisme. La difficulté majeure réside dans la sensibilité médiatique qui a pu s’immiscer dans ce qui ne devrait être que des dossiers techniques. Les débuts délicats des rames Francilien, les inconvénients liés aux chantiers de rénovation des infrastructures, les craintes autour de la pérennité des dessertes sur le réseau classique et, à l’inverse, les interrogations sur les réouvertures de lignes, les soupçons qui planent sur la sécurité sont autant de prétextes pour porter l’avenir du train dans le débat politique à tous les niveaux. En réalité, ne doit-on pas voir là plutôt un attachement inavoué du pays pour son chemin de fer ? Qui aime bien châtie bien.

Cet attachement plonge ses racines dans l’histoire, où le train et la vie de la nation sont liés de longue date. Nous pouvons en trouver la preuve dans l’édition ferroviaire française : la plupart des ouvrages qui paraissent évoquent le passé, souvent avec une pointe de nostalgie, grâce à des photos anciennes où le train symbolise, non sans raison, une certaine qualité de vie. A l’opposé, bien peu de livres sont publiés sur la technique et l’exploitation actuelles du chemin de fer, ses projets, ses développements, ses innovations, le futur qu’on lui imagine. Aussi, la RGCF, qui se tourne résolument vers l’avenir du chemin de fer qui se construit dès l’instant présent, ne rend pas compte régulièrement chaque mois de nouveaux livres rédigés dans cette optique, faute d’en trouver. La rubrique « lecture » n’est donc pas aussi riche, aussi fréquente, qu’on peut légitimement l’espérer. Ce mois-ci, le compte-rendu de lecture n’aborde pas exactement un livre, mais plutôt un catalogue. Il nous a toutefois semblé intéressant de le porter à votre connaissance. Dans les mois prochains, nous vous présenterons des ouvrages qui, sans directement aborder la technique ferroviaire, traitent de l’environnement économique et politique dans lequel le train doit trouver sa place, comme la logistique ou la construction européenne.

Finalement, à la lecture de toutes les pages de ce numéro, il ressort bien que le chemin de fer est vivant, dans un environnement parfois vraiment complexe qu’il ne saurait négliger s’il veut poursuivre sa route dans le futur. Assurément, tous ceux qui travaillent à la cause du ferroviaire savent que la mobilisation pour un avenir durable du train en vaut la peine.

 

Bonne lecture !
 

Pascal Lupo

Rédacteur en chef