Numéro 294

Juin 2019

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Parmi les points forts du chemin de fer par comparaison avec les autres moyens de transport, la fluidité du trafic permise par la conception même du système ferroviaire demeure imbattable. C’est pourquoi le train est capable, sur une faible emprise au sol, quand ce n’est pas d’ailleurs en souterrain dans la plus grande discrétion propre au métro, d’acheminer un grand nombre de voyageurs et de marchandises. Cette fluidité offre également l’avantage d’une grande régularité, au point d’être devenue une exigence du public sans équivalent à l’égard de la route et de l’avion. 

Mais lorsqu’on est reconnu comme détenteur d’un tel avantage, comme s’il s’agissait d’une sorte de monopole technique, toute faiblesse fait l’objet d’un jugement médiatique impitoyable. Les cheminots de tous les métiers ne sauraient donc se reposer sur des lauriers : depuis la définition et la construction des installations et des matériels, jusqu’à la nécessité d’inventer l’avenir sans répit, en passant par l’optimum à tirer de l’exploitation courante, les efforts pour conserver une bonne fluidité doivent demeurer permanents. 

Les articles de ce numéro traitent de cette course infinie vers la fluidité. Dès maintenant, la nouvelle signalisation ERTMS en cours de déploiement ne se limite pas à renforcer la sécurité des circulations, d’ailleurs déjà à un très haut niveau avec les blocks automatiques qu’on pourrait presque appeler traditionnels. C’est un système de contrôle-commande qui accroît encore davantage le débit des lignes sans dégrader la vitesse ou tolérer un certain aléa dans la régularité des trains. On aborde ici l’avenir immédiat. 

Le train autonome accorde une belle part à cette fluidité caractéristique du chemin de fer. Les recherches méthodiques en cours constituent un terreau propice à la réflexion et à l’élaboration de solutions pour franchir une nouvelle étape vers une fluidité répondant à des besoins aussi différents que le mass transit et la desserte régulière de territoires peu densément peuplés. Le sujet porte sur un avenir plus éloigné. 

La modernisation des moyens de dégagement du réseau couvre l’absolue nécessité d’assurer une fluidité au moment même où le déplacement se déroule. Les obstacles pouvant toujours intervenir à l’improviste, on ne saurait négliger l’importance des moyens d’y faire face. C’est ainsi qu’est finalement appréciée la fluidité du trafic, au temps présent. 

Enfin, quelles seront les conditions d’une bonne fluidité dans un avenir lointain à imaginer pour l’anticiper, le Forum des Vies Mobiles y travaille et nous livre ici des pistes de réflexion. Cette prospective s’ajoute à toutes les études qui permettent au chemin de fer de se mettre en ordre de bataille pour répondre aux défis d’un futur toujours difficile à percevoir. La fluidité doit rester et restera un atout imbattable du train. Que la lecture de ce numéro nous apporte un éclairage sur cette force devenue si naturelle qu’on risquerait de la négliger ! 

Bonne lecture !

Pascal Lupo